Témoignages d’enseignants PPO

2007-11-26 13.20.192007-09-25 09.25.43

Un avant-goût de l’atelier!

Nous avons invité les enseignants et les conseillers d’orientation qui participeront à l’animation de l’atelier à démontrer la place de l’orientation dans le programme PPO. Certains ont également illustré leur contenu de cours et les projets qu’ils ont réalisés en classe. Bonne lecture!

Audrey Martineau-Roy, enseignante PPO, école secondaire Dorval-Jean XXIII, commission scolaire Marguerite-Bourgeoys
J’ai choisi de développer le cours projet personnel d’orientation autour de différentes thématiques : la connaissance de soi, la formation professionnelle, la formation technique, la formation universitaire, l’entrepreneuriat et le marché du travail. Comme j’enseigne à des élèves de la 3e secondaire, je considère qu’ils sont encore très jeunes pour se mobiliser dans un projet d’avenir concret; toutefois, je souhaite les amener à élargir leurs horizons en leur faisant découvrir l’étendue des possibilités qui s’offriront à eux à la fin de leur secondaire. Lors du premier cours, je leur présente mes deux objectifs de l’année : la découverte de soi et la découverte des différentes professions. Ainsi, afin d’amener les élèves à connaître leurs forces, leurs faiblesses, leurs préférences, leurs capacités, etc., je les soumets à différents tests d’orientation au cours de l’année. C’est également important pour moi de tisser le plus de liens possible entre les élèves et le monde du travail. C’est pourquoi j’invite plusieurs conférenciers en cours d’année afin qu’ils fassent connaître leur profession aux élèves. Ces derniers ont également l’opportunité d’interroger les conférenciers sur les sujets qui les intéressent. Dans la mesure du possible, nous accueillons un conférencier de la formation professionnelle, un autre de la formation technique et un universitaire. Ainsi, je fais découvrir aux élèves les différents programmes d’études qui existent et je m’assure que chacun y trouvera un intérêt en cours d’année. Je travaille également très fort pour briser les différents préjugés qui circulent encore de nos jours sur la formation professionnelle.
Comme le Québec a besoin de jeunes entrepreneurs pour stimuler son développement économique, j’aborde également le thème de l’entrepreneuriat et présente aux élèves les qualités entrepreneuriales nécessaires à leur réussite à cet égard. Enfin, j’invite la Fondation Ressource- Jeunesse à venir en classe pour donner un atelier sur le leadership.

Marilou Desmeules, enseignante PPO en adaptation scolaire, école de l’Îlot-des-Appalaches, commission scolaire des Navigateurs
En ce qui me concerne, j’étais vraiment dans le néant pendant les journées pédagogiques qui ont précédé la rentrée. J’ai lu le programme et le cadre d’évaluation des apprentissages. Mais, cela n’était pas suffisant. J’avais besoin d’un exemple de planification annuelle concret. En fait, j’ignorais dans quel ordre je devais aborder les différents sujets.
J’ai donc contacté des enseignantes que je connaissais et qui avaient de l’expérience quant au PPO. Elles m’ont beaucoup aidée en ce sens et m’ont également informée sur le genre de conférenciers à inviter de même que sur les ateliers à organiser au bénéfice des élèves. La conseillère d’orientation m’a beaucoup soutenue. Elle avait des contacts pertinents de même que des dépliants informatifs qui ont su donner une direction à mon enseignement.

Vianney Lanctôt, enseignant PPO, École La Voie, commission scolaire de Montréal

Je dirais que le cours PPO est réellement utile comme outil pour apprivoiser l’avenir. Le fait de devoir choisir un parcours scolaire qui va les mener à une (ou plusieurs) carrière(s) en effraie plusieurs. C’est un choix avec des réelles conséquences pour le reste de leur existence, c’est une première pour eux.

Le fait de pouvoir expérimenter divers avenirs possibles permet à l’élève d’entrevoir la réelle portée du choix à faire, mais en même temps, nous lui donnons accès à des outils qu’ils l’aideront à prendre une décision plus mûrie. Le cours de PPO n’est pas une shop à DEP mais,en même temps, nous pouvons démontrer que l’avenir professionnel ne se limite pas à avocat ou médecin et que c’est une excellente nouvelle!!!

Pour la première question, j’ai décidé de faire un tour du jardin plus large au niveau de l’emploi pour ce qui est de mon cours de PPO.

Voici une liste qui résume les principaux thèmes abordés dans ma classe:

La création d’un CV et d’une lettre de présentation,

La création d’un modèle de maison dans le logiciel de dessin 3D SketchUp de Google afin de s’habituer à avoir un point de vue original devant une situation,

La généalogie du travail dans la famille de l’élève, cette personne vient avec un historique et cela aura un impact sur le choix de l’emploi et la perception de la scolarité, mieux vaut le savoir afin que cette variable est une importance variable mais sans que cela prenne toute la place,

Des ateliers sur la connaissance de soi, pour permettre à l’élève de connaître ses forces et ses faiblesses, cela participera aux futurs choix à faire,

Le rallye PPO, toujours intéressant pour les élèves comme premier contact avec les   coffrets-projets,

Les démarches exploratoires 🙂 , rien de mieux que l’expérience d’avoir les mains sales pour bien comprendre les implications d’un métier,

Un travail sur la diplomation au Québec pour être assuré que l’élève comprenne bien le système scolaire afin de prendre une décision éclairée,

Un comparatif historique à propos des conditions de travail entre le 19e et le 21e siècle, cela est un tremplin pour parler des Normes du Travail,

Pour terminer l’année sur une note (haha, quel jeu de mots impayable!!!) plus facile, les armoiries résumant les nouvelles avenues prises par l’élève suite à cette année de travail sur lui-même.

Amélie Vallée, enseignante PPO et Rachel Thériault, conseillère d’orientation, école Goerges-Vanier, commission scolaire de Laval

La place de l’orientation scolaire dans le PPO.

Étant conseillère d’orientation à l’école Georges-Vanier de Laval depuis quelques années, je suis à même d’affirmer que l’orientation fait partie intégrante du cours de PPO. Selon le modèle de l’ADVP, les phases d’exploration, de cristallisation, de spécification et de réalisation sont intégrés dans le programme de formation. En effet, les deux compétences soit : réaliser une démarche d’orientation et se situer au regard de son orientation scolaire et professionnelle, permettent d’exploiter chacune des phases de ce modèle. Toutefois, ayant évolué dans d’autres écoles de ma Commission scolaire, j’ai remarqué que le cours de PPO n’est pas dispensé de la même façon dans toutes les écoles secondaires.

Dans mon milieu, l’enseignante a saisie l’importance de l’orientation et a misée sur des activités d’apprentissage en lien avec la connaissance de soi, tels que : les intelligences multiples, la typologie aviaire, la typologie de Holland, le système scolaire québécois et ses différents parcours de formation, la sanction des études, etc.

En classe, les élèves sont amenés à réfléchir sur les liens entre les notions apprises et leurs profils personnels. Par la suite, ils poursuivent cette réflexion, de façon plus dirigé avec la conseillère. La collaboration entre l’enseignante et la conseillère d’orientation est donc régulière et constante pour venir en aide aux élèves. Concrètement, cette coopération se traduit par de la coanimation en classe de PPO ou encore par des rencontres individuelles ou en sous-groupe avec les élèves.

Afin de faciliter les démarches d’orientation, l’enseignante de PPO fait passer, entre autres, à tous les élèves de la troisième secondaire du cours, le test GPS (Guide pour s’orienter) des Éditions Septembre. Ensuite, une rencontre de discussion avec la conseillère d’orientation permet un partage de la part du petit groupe (environ 10 élèves). Ces rencontres qui ont lieu au bureau de la conseillère, favorise l’ouverture et la discussion entre les élèves. Cette formule gagnante permet aux jeunes de mieux se connaître et d’en apprendre davantage sur les différents types de personnalité. Par la suite, les élèves sont amenés à réaliser une démarche exploratoire portant sur le métier de leur choix. Pour se faire, l’enseignante a créé une liste d’ « outils » (recherche documentaire, visite virtuelle, rencontre de la conseillère d’orientation, entrevue, stage, etc.) qui permet à l’élève d’élaborer les différentes étapes de sa démarche exploratoire.

Pour l’enseignante de PPO, la conseillère d’orientation est donc une personne-ressource au niveau de la diversification des moyens d’exploration. Par la coanimation d’activités et d’ateliers, par son support à l’enseignante, le rôle de la c.o. en PPO est un incontournable pour la réussite du programme. Dans notre milieu, le cours est très populaire auprès des élèves du 2e cycle comparativement à d’autres écoles de notre Commission scolaire. À l’école Georges-Vanier, le succès du cours de PPO est le fruit des efforts nés de la collaboration entre l’enseignante et la conseillère d’orientation. De plus, il ne faut pas omettre que l’Approche Orientante a aussi une assise dans le cours de PPO. Ce qui permet également de faire rayonner l’AO dans l’école.

Selon les différents niveaux d’enseignements (3, 4 et 5e secondaire), l’enseignante a élaboré des plans de cours adaptés au différents stades de prise de décision des élèves.

À titre d’exemple, les élèves peuvent utiliser les différents coffrets exploratoires pour valider leur intérêt pour un domaine en particulier. Aussi, le GPS, le GROP, le code RIASEC sont analysés à l’aide d’exercices spécifiques. D’ailleurs, la connaissance de soi est exploitée différemment selon les niveaux. En clair, un processus exploratoire est suggéré aux élèves de la troisième secondaire et un processus décisionnel rejoint plutôt les élèves de la quatrième et cinquième secondaire.

Il ne faut pas oublier que l’Approche Orientante, l’orientation et le cours de PPO sont étroitement liés. De ce fait, plusieurs sorties, conférences et activités orientantes à l’intérieur de l’école sont organisé par l’équipe-noyau en AO et ce, pour l’ensemble des élèves de l’école. D’ailleurs, en participant au congrès de l’Approche Orientante, les enseignants ont l’opportunité d’aller chercher des outils et des activités qui permettent de développer et de faire progresser constamment le cours de PPO.

J’ai pu constater que le cours de PPO est dispensé différemment dans les écoles secondaires. La portion de tâche occupée par le PPO a un impact certain sur l’implication de l’enseignant et sur l’importance qu’il porte à la matière. Bien souvent, le cours de PPO est une « queue de tâches ». Malheureusement, cela fait en sorte que l’orientation n’est pas nécessairement considérée ou utilisée à sa juste valeur. De plus, le cours est trop souvent donné au meilleur des connaissances de l’enseignant (car ce n’est pas nécessairement sa matière principale).

Bref, le fait de travailler en étroite collaboration avec l’enseignant de PPO permet de bonifier la place de l’orientation scolaire dans l’école et aussi de faire valoir l’importance du cours de PPO auprès de la direction et des élèves.

Éric Sinotte, conseiller en information scolaire et professionnelle, enseignant PPO, école Augustin-Norbert-Morin, commission scolaire des Laurentides

Je décrirais ma planification en deux blocs. Au début, pour quelques semaines, je présente les notions de base en PPO, composantes et attente de fin d’année du programme MELS, les outils utiles (Repères, dictionnaire des professions, guide CHOISIR) pour découvrir les professions, formations et système scolaire. Par exemple, l’arbre généalogique permet à l’élève de s’initier à ces concepts.

Je mets l’accent sur l’établissement et l’importance d’un bon climat de classe, car nous sommes dans une classe laboratoire et les règles sont importantes pour relever ce beau défi pédagogique!  Liste d’aide, écoute de l’autre, respect du matériel, rangement, apporter son matériel de classe, etc.  J’ai un code de classe clair et au besoin les conséquences arrivent… et le renforcement positif aussi. 😉

Mes leçons sont progressives pour apprivoiser les classifications comme CLEO, CURSUS et bien sûr, en arriver aussi à parler de connaissance de soi avec, entre autres, la typologie professionnelle RIASEC de Holland.  Le système scolaire avec des jeux d’exploration … J’utilise le matériel des éditions Septembre (carnet d’exploration) pour plusieurs leçons de mon premier bloc que j’ai bien sûr adapté au PPO avec les droits d’auteurs que j’ai acheté!

Le deuxième bloc qui est attendu les démarches exploratoires d’orientation où j’exploite différents thèmes selon les années : métiers de ma famille, secteur tourisme, sport et loisirs qui colle avec ma région touristique, coup de coeur, plan B, 40 métiers d’avenir, etc. Coffret-projet, Academos, stages d’un jour, salon carrières, visite en formation professionnelle, sorties carrières, etc.  C’est l’expérimentation, la découverte, la réflexion …

Selon mon expérience, le PPO est un atout pour le jeune, il permet de lui faire découvrir l’ensemble des possibilités et de le faire réfléchir sur sa place, son potentiel, lui apprendre la rigueur dans sa démarche de connaissance des métiers. Notre approche en PPO est de placer le jeune au coeur de la démarche alors l’aspect de motivation, un des facteurs qui peut certainement l’inciter à réussir en lui faisant découvrir les avantages d’une formation professionnelle qui correspond à son profil personnel.

Laisser un commentaire