L’agent de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse: un acteur complémentaire à l’enseignement du PPO

Les agents de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse (ASEJ) permettent aux élèves de découvrir le monde de l’entrepreneuriat et de prendre conscience de leurs qualités entrepreneuriales à travers la démarche exploratoire d’orientation. Despina, Julie, Marie-Hélène et Stéphanie ont accepté de témoigner. À leur façon, elles partagent leur expérience liée au Projet personnel d’orientation (PPO) à travers leur rôle, leur expertise, leur vision.

Lac MéganticCette semaine, nous empruntons la Route des Sommets en direction de Lac-Mégantic, située à quelques kilomètres de la frontière américaine et à 50 km du Mont Mégantic, où l’on retrouve l’observatoire astronomique le plus puissant de l’est de l’Amérique du Nord! Nous nous arrêtons à la Polyvalente Montignac pour en apprendre davantage sur la mise en oeuvre de la coopérative étudiante des élèves en PPO.

Julie Potvin-Barakatt, ASEJDepuis deux ans, à la Polyvalente Montignac, de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, le cours Projet personnel d’orientation (PPO) se transforme en coopérative étudiante.

Les élèves de la classe PPO de madame Louise Turcotte identifient un projet sur lequel ils ont envie de travailler, en se basant sur leurs intérêts et les besoins de la communauté. Préalablement au choix du projet, ils vivent une démarche exploratoire qui leur permet de mieux se connaître afin de les éclairer sur le choix du comité pour lequel ils postuleront (ressources humaines, administration / finances, conception, production et marketing). Ils rédigent ensuite un curriculum vitae et une lettre de présentation afin d’occuper le poste qu’ils ont choisi d’explorer au sein de la coopérative.

L’enseignante dit que les élèves font ainsi le lien entre les compétences qu’ils doivent développer dans le cadre du cours PPO et les exigences réelles du marché du travail. L’expérience d’entrevue se rapproche d’une expérience d’entrevue réelle pour un emploi étudiant, par exemple.

Les élèves désirant faire partie des ressources humaines (RH) sont reçus en entrevue par la conseillère en orientation, madame Mylène Pomerleau, et le directeurs des ressources humaines (préalablement identifié).

Selon l’enseignante, une fois cette sélection faite, les élèves des RH préparent les questions d’entrevue pour les élèves des autres départements. Les élèves du département RH peuvent ainsi vivre les tâches réelles d’une conseillère en ressources humaines, soit l’élaboration d’un profil de candidat, l’élaboration de questions d’entrevues, l’accueil du candidat, la passation des entrevues et l’évaluation de la performance. Ils vivent donc une expérience concrète de travail.

Parallèlement à cette démarche, les élèves élisent le conseil exécutif (président, vice président, secrétaire). Le directeur du comité finance devient directement le trésorier de la coopérative. Il arrive parfois que certains comités ont moins de travail à certaines étapes du projet. À ce moment, les élèves utilisent des coffrets-projets pour poursuivre leur démarche exploratoire d’orientation. Cela leur permet de découvrir d’autres métiers ou professions. En effet, l’enseignante dit qu’ils pourront toutefois entreprendre plus d’un coffret-projet au cours de l’année, ce qui permet aux élèves de s’initier à d’autres métiers et professions qui ne sont pas en lien avec le projet COOP.

Elle ajoute que les réunions du conseil d’administration permettent à tous de recevoir l’information de chacun des départements et de prendre part aux décisions. On n’écarte jamais la possibilité de jumeler des individus ou des départements selon leurs aptitudes et le travail à effectuer. Autrement dit, lorsqu’il devient nécessaire d’accomplir le travail dans un délai court, on demande de l’aide. De cette façon, les élèves ont la possibilité de voir ou de vivre d’autres expériences. Régulièrement, les élèves donnent leur appréciation concernant le fonctionnement de la COOP et déterminent leur implication par écrit. Déjà quelques élèves nous affirment être dans le bon département. Ils apprécient ce qu’ils ont à faire et estiment qu’ils ont les atouts nécessaires.

L’enseignante dit qu’à la rencontre de parents, ils ont eu de beaux commentaires nous informant que les élèves apprécient beaucoup cette démarche. Cependant, il faut avouer que nous n’avons qu’un groupe de PPO cette année. La supervision et la mise en marche d’une telle COOP demandent beaucoup de temps. Nous ne pouvons envisager de multiplier cette démarche par deux.

C’est la conseillère d’orientation qui gère principalement le projet. En tant qu’ASEJ, je suis invitée à parler des qualités entrepreneuriales, de la définition et du fonctionnement d’une entreprise étudiante de type coopérative, du rôle des différents comités, du fonctionnement d’un conseil d’administration. Ponctuellement, j’apporte du soutien à certains comités.

Les élèves utilisent des ordinateurs portables dans le projet. C’est le seul outil technologique mis à leur disposition.

Julie Potvin-Barakatt, agente de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse, Intro-Travail et Carrefour jeunesse-emploi du Granit

Mylène Pomerleau, conseillère d’orientation et Louise Turcotte, enseignante PPO à la Polyvalente Montignac, de la Commission scolaire des Hauts-Cantons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA *