Tous les articles par Manon Barrette

Mme Manon Barrette est membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec depuis 2001. Pendant plusieurs années, elle a occupé un poste de conseillère d’orientation, notamment auprès d’élèves ayant des difficultés d’adaptation ou d’apprentissage. Elle a également agi à titre de responsable de l’approche orientante au primaire et au secondaire. Elle a ensuite été conseillère pédagogique pour des programmes visant à préparer les jeunes à leur insertion socioprofessionnelle. Elle est actuellement spécialiste en sciences de l’éducation au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Elle travaille en collaboration avec la responsable des programmes d’études du domaine du développement professionnel, Mme Lucie Cormier. En outre, elle agit comme personne-ressource au Service national du Réseau pour le développement des compétences par l’intégration des technologies (RÉCIT). Mme Barrette est l’auteure et la coauteure de plusieurs articles, dont certains visent à soutenir les parents dans l’orientation scolaire de leur enfant ou contiennent des activités d’apprentissage pour accompagner les élèves en démarche exploratoire d’orientation.

Le PPO, il est orientant! Oui, mais, comment?

Vous vous interrogez sur le rôle que vous devez jouer en PPO? Vous regrettez la disparition du cours Éducation au choix de carrière ? Vous pensez que le PPO est orientant, mais qu’il devrait être adapté à la réalité des milieux et aux besoins des élèves? Vous êtes le participant ou la participante que nous attendons à notre atelier-causerie.

Venez discuter de pédagogie avec des enseignants d’expérience, d’approche orientante avec des conseillers d’orientation et d’intégration pédagogique des TIC avec un responsable du RÉCIT.

De plus, si votre réalité vous préoccupe, venez la partager vendredi le 27 mars 2015 de 8h30 à 10h00 lors du colloque sur l’approche orientante.

Tous les conseillers d’orientation œuvrant en milieu scolaire soucieux d’en apprendre davantage sur les contenus en orientation sont également invités à assister à cet atelier : DÉMARCHE ORIENTANTE: CONTENUS EN ORIENTATION POUR TOUS LES ÉLÈVES qui aura lieu le 26 mars 2015 à 13h30 lors du Colloque sur l’approche orientante.

Pour plus d’information et inscription, consultez le programme du colloque.

Mois de la culture 2015

C’est sur le thème « Le goût de découvrir » que le Mois de la culture se tiendra en février 2015. Proposée pour l’occasion dans le cadre des cours PPO-EXPLO-SE, découvrez l’activité pédagogique Témoins recherchés qui permettra aux élèves de mener une entrevue avec un témoin inspirant dont le cheminement se rapproche de leurs champs d’intérêts.

Entreprendre et réussir sa vie

Chaque année, en février, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et le ministère de la Culture et des Communications collaborent afin de proposer aux enseignants plusieurs pistes pédagogiques pour célébrer le Mois de la culture à l’école.

Cet événement se veut une occasion unique de mettre en lumière la place des repères culturels dans les programmes d’études et ainsi démontrer la place qu’occupe la culture dans la société, du préscolaire au secondaire, quelle que soit la discipline enseignée.

En février 2013, le Mois de la culture à l’école avait pour thème « Imaginer le durable ». Une vidéo intitulée Entreprendre et réussir sa vie : un projet durable a été produite dans le cadre du cours de Sensibilisation à l’entrepreneuriat au 2e cycle du secondaire. Dans cette production audiovisuelle, les élèves interrogent des entrepreneurs et travailleurs autonomes de tous âges pour mieux cerner leurs valeurs, leurs responsabilités, leur personnalité typique, leur style de vie. Par la suite, les jeunes définissent ce que représente, pour eux, entreprendre et réussir sa vie. Ils présentent leurs résultats à l’aide des technologies. Ils pourront par ailleurs effectuer des recherches sur des entrepreneurs bien connus au Québec. Cette activité est une adaptation d’une activité proposée en 2012.

Témoignages de passionnés du développement professionnel

Nous avons invité des enseignants et des conseillers d’orientation d’un peu partout au Québec à démontrer la place de l’orientation dans les programmes. Certains ont également illustré leur contenu de cours et les projets qu’ils ont réalisés en classe.
Bonne lecture!
Audrey Martineau-Roy, enseignante PPO, école secondaire Dorval-Jean XXIII, Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys
J’ai choisi de développer le cours projet personnel d’orientation autour de différentes thématiques : la connaissance de soi, la formation professionnelle, la formation technique, la formation universitaire, l’entrepreneuriat et le marché du travail. Comme j’enseigne à des élèves de la 3e secondaire, je considère qu’ils sont encore très jeunes pour se mobiliser dans un projet d’avenir concret; toutefois, je souhaite les amener à élargir leurs horizons en leur faisant découvrir l’étendue des possibilités qui s’offriront à eux à la fin de leur secondaire. Lors du premier cours, je leur présente mes deux objectifs de l’année : la découverte de soi et la découverte des différentes professions. Ainsi, afin d’amener les élèves à connaître leurs forces, leurs faiblesses, leurs préférences, leurs capacités, etc., je les soumets à différents tests d’orientation au cours de l’année. C’est également important pour moi de tisser le plus de liens possible entre les élèves et le monde du travail. C’est pourquoi j’invite plusieurs conférenciers en cours d’année afin qu’ils fassent connaître leur profession aux élèves. Ces derniers ont également l’opportunité d’interroger les conférenciers sur les sujets qui les intéressent. Dans la mesure du possible, nous accueillons un conférencier de la formation professionnelle, un autre de la formation technique et un universitaire. Ainsi, je fais découvrir aux élèves les différents programmes d’études qui existent et je m’assure que chacun y trouvera un intérêt en cours d’année. Je travaille également très fort pour briser les différents préjugés qui circulent encore de nos jours sur la formation professionnelle.
Comme le Québec a besoin de jeunes entrepreneurs pour stimuler son développement économique, j’aborde également le thème de l’entrepreneuriat et présente aux élèves les qualités entrepreneuriales nécessaires à leur réussite à cet égard. Enfin, j’invite la Fondation Ressource- Jeunesse à venir en classe pour donner un atelier sur le leadership.

Marilou Desmeules, enseignante PPO en adaptation scolaire, école de l’Îlot-des-Appalaches, Commission scolaire des Navigateurs
En ce qui me concerne, j’étais vraiment dans le néant pendant les journées pédagogiques qui ont précédé la rentrée. J’ai lu le programme et le cadre d’évaluation des apprentissages. Mais, cela n’était pas suffisant. J’avais besoin d’un exemple de planification annuelle concret. En fait, j’ignorais dans quel ordre je devais aborder les différents sujets.
J’ai donc contacté des enseignantes que je connaissais et qui avaient de l’expérience quant au PPO. Elles m’ont beaucoup aidée en ce sens et m’ont également informée sur le genre de conférenciers à inviter de même que sur les ateliers à organiser au bénéfice des élèves. La conseillère d’orientation m’a beaucoup soutenue. Elle avait des contacts pertinents de même que des dépliants informatifs qui ont su donner une direction à mon enseignement.

Jessica Laprise, enseignante de sensibilisation à l’entrepreneuriat, de français et d’art dramatique, Académie De Roberval, Commission scolaire de Montréal
Étant donné que j’en suis uniquement à ma deuxième année dans l’enseignement du cours de sensibilisation à l’entrepreneuriat, mon expérience et mes observations sont limitées. Toutefois, je peux quand même affirmer avec certitude que les effets de ce cours sont essentiellement positifs sur les élèves. En effet, il s’agit d’un rare cours faisant partie de leur parcours scolaire qui les met directement dans l’action où ils peuvent prendre des décisions concrètes. Ainsi, leur motivation et leurs préférences sont grandement stimulées par le fait qu’ils deviennent les maîtres de leurs décisions et suffisamment responsables pour réussir ou échouer, selon leur implication.

Roxanne Lincourt, enseignante d’exploration de la formation professionnelle, école Louis-Joseph-Papineau, Commission scolaire de Montréal
En début d’année scolaire, je fais toujours un survol sur le système d’éducation au Québec, en indiquant les différentes voies et les différents accès possibles au marché de l’emploi. Je présente ensuite aux élèves les différents centres de formation professionnelle (CFP) de la CSDM et leur explique les différentes passerelles possibles entre la formation professionnelle, le cégep et l’université. Ensuite, je dois dire que j’exploite au maximum toutes les ressources qui m’entourent. D’abord, les enseignants des différents CFP viennent nous rendre visite en classe, nous expliquent leurs différents programmes, nous proposent différentes activités d’exploration et piquent notre curiosité. Au mois de novembre, c’est nous qui nous déplaçons pour faire le tour des portes ouvertes de la formation professionnelle à la CSDM. Nous choisissons trois centres par l’entremise d’un vote majoritaire : parmi ces centres, il y en a deux qui suscitent l’intérêt des garçons et un, celui des filles. Nous nous déplaçons en groupe; je ne crois pas aux visites libres qui dispersent les élèves et les empêchent de se concentrer.