L’usage du TBI dans le domaine du développement professionnel

Voici un premier article de trois traitant de l’usage du tableau blanc interactif (TBI) dans le domaine du développement professionnel.

Le deuxième article s’intitulera :
Ce que le TBI a changé… témoignages de 3 enseignantes.
Mes élèves, moi et notre TBI

Bonne lecture !

Guide pour gérer les aspects juridiques du Web 2.0 en milieu scolaire – 2011

La nouvelle version du Guide pour gérer les aspects juridiques du Web 2.0 en milieu scolaire – 2011 est en ligne à l’adresse suivante :

http://www.droitsurinternet.ca/versions.php

Ce guide est une mise à jour de celui qui a été publié en 2004, afin de tenir compte des environnements du Web 2.0 et du contexte des médias sociaux.

Il décrit comment reconnaître et gérer les risques associés à la mise en place de contenu numérique ainsi que l’utilisation des environnements Web dans le milieu scolaire québécois. Il propose également une méthode afin d’implanter des mécanismes et processus adéquats pour prévenir les risques de comportements problématiques dans le cadre d’activités utilisant des environnements en réseaux.

Il y est mentionné que tous les usagers ont une part de responsabilité. Ils ne doivent donc pas utiliser la technologie, à quelque endroit que ce soit, à des fins d’intimidation ou de harcèlement. Il faut utiliser le réseau de façon responsable et dans le respect de l’éthique. Par ailleurs, le contenu publié pourrait mettre l’usager dans des situations embarrassantes. Il faut donc réfléchir deux fois avant de publier de l’information qu’on ne souhaite pas exposer à ses parents, aux établissements scolaires, aux employeurs potentiels ou à son patron.

La démarche proposée

Elle se présente en 4 temps :
1. Situer les responsabilités de chacun : identifier qui fait quoi et qui répond de ce qui se passe lors d’une activité se déroulant sur Internet.

2. Identifier les risques : pour cela, il faut partir des activités se déroulant sur Internet sous les auspices de l’institution, l’école, l’organisme.

3. Évaluer les risques : une telle évaluation tient compte aussi bien des caractéristiques de l’activité que du fonctionnement ou de la configuration des outils Internet utilisés.

4. Enfn, identifier et mettre en place les mesures et politiques qui permettent une prise en charge appropriée des risques.

Le chapitre 1 du guide parle des responsabilités de tous et chacun et contient des propos plutôt cinglants auprès de nos établissements scolaires.
En voici quelques extraits [1] :

« Pour devenir compétents dans la société de l’information, les élèves doivent acquérir des compétences relatives à la communication dans les réseaux comme Internet et assumer leurs compétences. » Page 4 [2]

« Il est généralement reconnu qu’il est futile de tenter d’interdire l’accès aux divers environnements en ligne. Il est plus utile de former à la gestion des risques inhérents aux environnements d’Internet. » Page 4

« C’est pourquoi il est souvent insuffisant de décréter des « conditions d’utilisation » et se réserver simplement le droit de surveiller et de punir. Il est tout aussi contre-productif de multiplier les conditions, contrôles, précautions et processus bureaucratiques sous prétexte d’assurer un environnement protecteur. » Page 4

« Il faut rechercher un usage informé et responsable plutôt qu’une réglementation caporaliste. » Page 5

« La réalité généralement vécue par les personnes concernées quotidiennement dans ces questions est plutôt qu’il est impossible de s’en remettre uniquement à des outils techniques pour faire disparaître les risques et les dangers inhérents à l’usage de plusieurs outils sur Internet. » Page 5

« Sur Internet plusieurs choix et possibilités d’action sont sous la maîtrise des individus. Il faut dons les informer adéquatement. Il y a des choses qui se règlent plus efficacement au niveau des acteurs directement concernés. C’est pour cette raison que ce guide identifie les responsabilités de chacun des principaux acteurs. Il propose des outils à l’intention de chacun afin de l’aider à décider des mesures à prendre pour gérer les risques qui sont associés à l’une ou l’autre des activités envisagées. » Page 5

« Un deuxième chef de responsabilité est celui de la responsabilité éducative. Étant donné que les interactions en réseau sont désormais généralisées, il devient essentiel d’éduquer les élèves aux usages, pratiques, et règles à respecter dans les environnements d’Internet. » Page 8

« Enfin, se pose la question de la responsabilité légale : en cas d’incident, il faut déterminer qui répond des fautes et des dommages. » Page 8

« Premièrement, les commissions scolaires et les écoles ont une responsabilité en tant qu’éducateurs. » Page 8

« Il a l’obligation d’agir de façon prudente et diligente. » Page 9

« Il est aussi possible d’établir que l’acte de l’élève est une conséquence de la mauvaise éducation qu’il a donnée à l’élève » Page 9

« L’article 157 du C.c.Q. prévoit que le mineur peut, compte tenu de son âge et de sa capacité de discernement, contracter seul pour satisfaire ses besoins ordinaires et usuels. L’utilisation d’Internet constitue-t-elle un « besoin ordinaire et usuel » pour un mineur de 12 ans ? Compte tenu de la réalité actuelle, une réponse affirmative est raisonnable. » Page 17

« Ainsi, si l’on peut convenir que l’élève du primaire n’est pas nécessairement doté de la capacité de discernement lui permettant de comprendre et de consentir seul aux conditions d’utilisation d’Internet, on peut faire l’hypothèse qu’à compter du secondaire, l’élève possède la capacité de discernement nécessaire pour lui permettre de consentir seul aux conditions d’utilisation de la plupart des services proposés sur Internet. C’est pourquoi, il convient de sensibiliser l’ensemble des élèves à la responsabilité inhérente associée à l’échange et à la diffusion d’information sur Internet en leur faisant signer un code de conduite adapté à leur âge et à leur degré de maturité. De plus, l’élève du secondaire pourrait consentir seul aux conditions d’utilisation du service en signant un contrat d’utilisation tandis que le parent d’élève du primaire reconnaîtrait, dans une notice de réception, qu’il lui revient d’exercer une surveillance lors de l’utilisation d’Internet par son enfant à la maison ou d’un autre endroit. » Page 17

Bonne lecture et bonne réflexion.

[1] Ces extraits sont pris hors contexte.
[2] Ceci est un bel exemple de compétences transversales de l’École 2.0.

Tutoriels pour le portfolio PERLE PPO et le blogue du répertoire PPO

En lien avec les Rendez-vous virtuels [1] des ressources numériques du portfolio PERLE PPO et du blogue du répertoire PPO mentionné dans le Plan de formation et d’accompagnement Programmes
-  Projet intégrateur ;
-  Projet personnel d’orientation ;
-  Exploration de la formation professionnelle ;
-  Sensibilisation à l’entrepreneuriat
,
voici des tutoriels (séquences vidéos) incluent dans les listes d’activités [2] des ressources numériques PERLE PPO et du blogue.

Ces formations ont pour but de faire un tour guidé des ressources numériques PERLE-PPO et blogue du répertoire PPO. Vous y trouverez des tutoriels (séquences vidéos) à consulter et des activités à réaliser qui permettent de saisir plusieurs possibilités de PERLE-PPO et du blogue. Ces formations ont été conçues pour être utile aux accompagnateurs qui souhaitent les utiliser à leur tour avec les enseignants de PPO, Explo de la FP et SE. Notez que cette première formation présente un aspect plus « technologique », un premier pas pour saisir les différentes fonctionnalités des ressources numériques, les autres « Rendez-vous virtuels » proposés cette année, proposeront des aspects pédagogiques.

Les séquences vidéos sont disponibles à partir de différentes plateformes Web, choisissez celle qui vous convient :
-  sur Youtube ;
-  sur notre chaîne vidéos Youtube ;
-  sur Screencast ;
-  sur le serveur de la GRICS ;
-  et téléchargeable en format .mp4.

Quand je serai grand, je serai…

metier1

Dans le cadre des programmes du domaine du développement professionnel soit Projet personnel d’’’orientation, Exploration de la formation professionnelle et Sensibilisation à l’’’entrepreneuriat, plusieurs moyens d’’’exploration sont proposés aux élèves. Tels que :
– des stages d’’’observation ;
– des projets communautaires ;
– des visites d’’’entreprises ;
– des échanges avec des mentors ;
– des journées « Étudiant d’’’un jour » ;
– des journées d’vexploration professionnelle ;
des outils d’’’expérimentation ;
des visites virtuelles d’’’entreprises et d’’’établissements scolaires ;
– des invitations dv’entrepreneurs ou travailleurs autonomes en classe ;
– etc.

metier

Dans la réalité scolaire québécoise, il est parfois difficile pour des élèves du secondaire de réaliser les moyens d’’’exploration mentionnés ci-haut. Et ce, pour différentes causes, citons quelques exemples :
– accessibilité restreinte aux différents programmes de la formation professionnelle dans certaines commissions scolaires ;
– accessibilité restreinte aux différents programmes de CÉGEP ou Université dans leur région ;
– accessibilité restreinte de l’’’approche orientante : approche intégrée du soutien aux élèves en matière d’’’information et d’’’orientation scolaires et professionnelles ;
– certains élèves n’ont pas accès aux programmes du domaine du développement professionnel ;
– etc.

N’aurait-il pas lieu de mettre en place un Centre des métiers et professions orientant permettant à nos adolescents québécois de réaliser des fonctions de travail dans différents métiers et professions ?

Orientation et entrepreneuriat